Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Edito > Edito

04
may

Edito

par Caroline Gaudriault

Naît-on homme… femme… transgenre ou le devient-on ?

Simone de Beauvoir avait répondu avec son « On ne naît pas femme, on le devient ». Dans les années soixante-dix, le mouvement Queer aux Etats-Unis, revendiquait l’idée qu’un être humain peut s’approprier le genre qui lui est à-priori donné à la naissance ou en choisir un autre. Et aujourd’hui la Suède répond par des actions précises et des propositions de lois : le député Viggo Hansen veut réduire les discriminations de genre en interdisant aux hommes de faire pipi debout ; un lycée de Stockholm offre aux élèves un vestiaire « neutre » destiné à ceux qui ne se sentent ni hommes ni femmes ; une école maternelle « transgenre » a ouvert ses portes en 2010 considérant les élèves comme des « enfants » et non comme des garçons ou des filles.

Vous souriez ? Pourtant tous ces projets intéressent de prêt les institutions européennes et déjà des travaux sont menés ici et ailleurs, notamment dans les écoles.
Finalement la question est de savoir si la culture nous impose un destin plus fort que celui de la nature.
Même si le débat ne date pas d’aujourd’hui, le grand changement se place au niveau des Institutions qui deviennent de plus en plus sensibles à l’évolution des mentalités et sont prêtes à légiférer. En France, la loi votée en faveur du mariage homosexuel induit des questions d’homoparentalité et donc d’identité. Un enfant « socialement » né de parents de même sexe, se posera forcément des questions sur son identité génétique, sociale et sexuelle.

La question sur le déterminisme de la condition humaine est des plus passionnantes. Sommes-nous tous caractérisés par notre genre féminin et masculin selon une norme hétérosexuelle ? La papesse de la théorie du genre, l’Américaine et philosophe Judith Butler développe l’idée que le genre n’est pas déterminé par le sexe biologique mais par l’environnement social et culturel. La norme hétérosexuelle est, pour cette universitaire, une représentation sociale à laquelle il est possible d’échapper. Elle défend l’existence d’une pluralité d’identités car dit-elle, « on risque d’exclure des humains au prétexte qu’ils ne s’identifient pas à la définition posée ».
Un trouble a été lancé dans le genre humain qui selon cette théorie, ne se positionne plus uniquement entre la dualité homme/femme mais admet aussi d’autres genres.

Si l’on s’en remet aux nombreuses études de biologistes, on observe des différences indéniables de comportements entre de tous jeunes garçons et de toutes jeunes filles.
Certes, une pression culturelle pousse le trait et incite à développer cet part d’inné par des codes sociaux qui enferment les hommes dans leur masculinité - qui serait le rapport à la violence, à la guerre… - et les femmes dans leur féminité – jusqu’au port du voile dans les sociétés musulmanes. Historiquement, la société fige les stéréotypes que les mentalités contemporaines tentent d’atténuer ou de casser.
Mais si l’on excepte l’hermaphrodisme, qui est la résultante d’une morphologie différente, la nature se veut uniquement créatrice du masculin et du féminin. La théorie du genre ne nie pas les lois biologiques mais souhaite les dépasser, pousser plus loin les limites jusqu’à ne plus en avoir. Existe-t-il alors d’autres choix que la parodie du masculin et du féminin, comme celui des Drag Queens ? Le transgenre reste encore un concept fortement théorique. Il voudrait se destiner à « tous les autres », à tous ceux qui ne font plus de différence entre le sexe masculin et le sexe féminin. On met le doigt sur une contradiction moderne : vouloir reconnaitre toutes les différences en les gommant toutes !
Quoi qu’il en soit, si le genre se constitue au fur et à mesure de la vie, avec l’acquis, laissons dès le plus jeune âge « les enfants » décider de leur sort. Exit Barbie et Ken. Exit le bleu et le rose. Exit les voitures et les poupées.

Mais alors n’est-ce pas la meilleure manière de retomber dans une nouvelle institutionnalisation, celle du transgenre ?

Portfolio

2
  commentaires

  • Brillant, bonne question posée !
    Encore un concept qui veut mettre le doute a une humanité qui va bientot totalement baisser les armes devant une minorité d’intellectuels hysteriques voir tyraniques et qui en brouillant les traces imposent sa superiorité, sa dictature de la pensée...mais j’ai rien demandé moi, minuscule maillon, j’veux pas faire pipi assis !!!!!
    Et puis cela ne marchait pas si mal depuis 6milliards d’années, non ?

  • Christophe Spoiden C’est bien exactement la constatation, le vol de la sémantique des mots de valeurs : "liberté, égalité, fraternité" La liberté, oui quand elle concerne surtout la liberté du capital sans frontière et de l’omnipotence presque divine du droit de propriété sans limite et pour les droits de liberté total de l’oligarchie de se mouvoir comme bon lui semble..Egalité ? Oui comme bien expliqué plus haut.. Quand l’égalité entre les genres devient tellement floue qu’à l’avenir, il ne sera plus évident de distinguer les sexes..Avec le transhumanisme, l’homme ne se distingera plus de la femme puisqu’il pourra modifier son propre corps pour donner la vie.. La femme sous couvert d’égalité de droit avec les hommes, en ont pris aussi par ailleurs ses pires défauts : "cupidité, recherche du pouvoir, vénalité etc..." Elle avait tout d’abord crut à une forme de liberté via le féminisme en pensant se libérer d’une forme d’esclavage, elle en a regagné une autre, sous une autre forme à la place. La fraternité ? Surtout de mise dans ce soutient mutuel entre castes pour la lutte et la conservation du pouvoir. Cette trahison de mots de sens est aussi par ailleurs un viol de l’esprit.. Il enlève toute sa valeur par ailleurs à un sens de l’humanité vrai, détourné vers quelque chose d’autre de bien plus sombre.

Array
(
    [titre] => Edito
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 80_80_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 80
            [id_objet] => 80
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 80
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQyi2UfZckmD3ehzR3pjNbDAOIKLkp4ReObnr7C7bzJtvBdBAT9pzdhy4APQX7wHQFQMgqN+N6y4OeV8W3GZ2/xGHK2KkgsQ/3IfHKYjLky6hJLpx1otXB7O23z4CWoDHf++y2ktAdw=
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article80
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-10-17 00:14:12
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-10-17 00:14:12
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.