Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Edito > EDITO : AU NOM DU DROIT DE REPONSE

12
jan

EDITO : AU NOM DU DROIT DE REPONSE

par Caroline Gaudriault

Aujourd’hui je me sens fière d’être une femme française. Et rien ne m’étonne à ce qu’une tribune anti puritaine et dénonçant le lynchage masculin soit signée dans Le Monde par cent femmes dont le féminisme paraît tellement moderne.
Elles défendent ceux – les hommes- qui seraient eux aussi victimes de femmes mal intentionnées, car il en existe certainement tout autant que d’hommes de mauvaises intentions.

Aujourd’hui, je me sens fière d’être une femme française. Et cela ne m’étonne pas qu’une tribune anti puritaine et dénonçant le lynchage des hommes soit signée dans Le Monde par cent femmes dont le féminisme paraît tellement moderne.

Je n’ai trouvé dans ce texte que des paroles sensées.
Ces signataires dénoncent les violences sexuelles comme des crimes. Elles interpellent à juste titre pour que l’on ne réduise pas des actes de viol à du harcèlement et à de la vulgarité de langage potache : actes qu’à aucun moment elles ne cautionnent.
Elles alertent sur une pudibonderie qui gangrène la société, qui offense l’histoire de l’art et nous enferme dans une idéologie totalitaire.
Elles refusent que les femmes deviennent des délatrices et « balancent » des noms, sans hiérarchie dans les actes commis, en profitant de l’effet de meute.
Elles s’opposent au fait de salir la dignité masculine en assimilant la grande majorité d’hommes décents à une très petite minorité d’hommes salaces et phallo.
Elles défendent ceux – les hommes – qui seraient eux aussi victimes de femmes mal intentionnées, car il en existe certainement tout autant que d’hommes aux mauvaises intentions.
Elles préconisent l’éducation comme arme de défense.

En d’autres termes, elles font preuve d’un féminisme moderne, en sortant la femme du rôle de victime dans lequel on voudrait l’enfermer.

Dans le texte de cette tribune, rien, donc, qui puisse amener à des réactions outrées ou à des réponses injurieuses envers leurs auteurs ou signataires. Pourtant c’est bien ce qu’il se passe.
Il semblerait que la réaction à l’« affaire Weinstein », à l’origine de cette ivresse dénonciatrice, avait pour objectif de libérer une parole constructive. Elle était l’occasion de parler d’éducation, de liberté à trouver, de force de dire non. Elle a été réduite à ne parler que d’aliénation.
Contrairement à ce que l’on peut lire dans les médias étrangers, ce n’est pas la sexualité libérée des Françaises qui les a poussées à écrire ce texte, mais peut-être leur émancipation. Car il ne s’agit pas de sexualité mais de mœurs. Le curseur de leur écrit se situe bien à la limite du « droit d’importuner » et non pas au-delà.

La question essentielle que l’on se pose est bien celle de la volonté idéologique qui se cache derrière une telle affaire. Une affaire qui a dépassé le monde d’Hollywood et les dénonciatrices de la première heure des affres de Weinstein.
Concentrer le débat sur des blagues triviales, des gestes répréhensibles mais non pas traumatisants cache une volonté larvée d’une minorité décidée à transformer les mentalités et à poursuivre l’évolution du monde libéré de la fin des années 1960 vers un monde apeuré, codifié, régenté.
Il est triste – et certainement pas anodin – qu’un texte qui devrait s’inscrire dans un droit à la liberté d’expression fasse autant bondir dans le monde entier. Ne laisserait-on pas la possibilité à une autre parole ? Il aurait été sain de montrer autant d’énergie lorsque, à Rome, les statues anciennes montrant leur nudité ont été couvertes au passage de la délégation iranienne.

Ne se trompe-t-on pas de combat ?

2
  commentaires

Array
(
    [titre] => EDITO: AU NOM DU DROIT DE REPONSE
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 250_250_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 250
            [id_objet] => 250
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [mailsubscriber_optin] => 
    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 250
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQwo2gDZckyDOwBxRY1t3loU8xbskzOMFjTx0jff5Y5erHpvJJR8VEIhcNw3+qwo9geWAHPKnY5qafeyP9Z1Yqd4uQZH65biv9+JSIYXQNXxGJKnU39Xv4MIKSh8AmzQlNK+sZOMQ0GEtg==
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article250
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2018-11-20 23:13:05
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2018-11-20 23:13:05
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.