Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Edito > Maradona, la main de Dieu et la part des anges

10
jun

Maradona, la main de Dieu et la part des anges

par Sébastien Lapaque

Dans les travées du stade Azteca de Mexico, qui vit le Brésil de Pelé battre l’Italie 4 à 1 en finale de la Coupe du Monde 1970, on commençait à entendre des murmures contre un football professionnel de plus en plus rapide, de moins en moins beau, où les joueurs courent beaucoup et risquent peu. Même le commentateur uruguayen Victor Hugo Morales — célèbre dans le monde entier pour ses « Goooooooooooooooooooooooool » qui n’en finissent pas — maudissait les équipes composées de fonctionnaires du ballon rond dont la spécialité était non pas de gagner, mais d’éviter la défaite, en révoquant la fièvre, la folie, l’inspiration, l’improvisation, les commandements du dieu et la puissance des anges.

   © Coll. privée Studio Rancinan

Mais l’année 1986 n’était pas tout à fait une année comme les autres. Tout avait fait signe, à l’approche de la treizième Coupe du monde de football disputée au Mexique. Le 28 janvier, la navette américaine Challenger s’était désintégrée au cours de son décollage, tuant sept personnes, dont Christa McAuliffe, une institutrice du Massachusetts choisie pour être "la première citoyenne de l’espace". Le 11 avril, la comète de Halley s’était approchée au plus près de la Terre… 63 millions de km !… Le 14 juin, le grand écrivain argentin Jorge Luis Borges, auteur de Fictions, Neuf essais sur Dante et Eloge de l’ombre, était mort à Genève.

Tout au long de sa vie, Borges avait dit des horreurs sur le football. « Qu’est-ce que vous pouvez trouver à vingt-deux garçons en pantalons courts poursuivant un ballon alors qu’il leur suffirait d’acheter vingt-deux ballons ? »… Le vendredi 2 juin 1978, à l’heure où le match Argentine-Hongrie se disputait au stade Monumental de Buenos Aires, le poète aveugle indifférent à la fièvre de ses compatriotes avait même prononcé une conférence sur l’immortalité à l’université de Belgrano.

Huit jours après la mort de Jorge Luis Borges, son compatriote Diego Armando Maradona se souvenait-il de ses insolences en entrant sur la pelouse du stade Azteca ? Où songeait-il à l’âme des 649 morts argentins de la guerre des Malouines qui s’était déroulée quatre années auparavant dans l’Atlantique Sud ? On veut croire que leurs anges gardiens portaient ses pas. Car en face d’elle, l’équipe d’Argentine n’avait plus les équipes de Corée du Sud ou de Bulgarie, facilement défaites lors du premier tour, mais celle d’Angleterre. L’Angleterre de Gary Lineker et de l’horrible Margaret Thatcher… Derrière les buts, ça chantait fort… « Las Malvinas son argentinas »… Maradona ne manqua pas ce rendez-vous capital avec l’Anglais. En trois minutes de la seconde mi-temps (51e, 54e), deux buts du gauche lui permirent de venger les morts de Malouines. Le premier de la main, le second du pied…

La "Mano de Dios" jura le prodige argentin pour justifier ce geste improvisé en pleine course qui permit à son équipe d’accéder aux demi-finales puis de remporter sa deuxième Coupe du Monde… Et la part des anges, assurent les bons connaisseurs des choses surnaturelles. Ces anges apparus aux fusiliers du Corps expéditionnaire britannique lors de la bataille de Mons, en août 1914, pour les aider à vaincre les soldats allemands de la Première armée du général Alexander von Kluck.

Le 22 juin 1986, au Stade Azteca de Mexico, les Séraphins, les Chérubins, les Trônes, les Dominations, les Vertus, les Puissances, les Principautés, les Archanges et les Anges avaient changé de camp. Drapés dans des robes ciel et blanc, ils étaient encore présents, une semaine plus tard, à l’occasion de la finale opposant l’équipe d’Argentine à celle de l’Allemagne de l’Ouest, toujours au stade Azteca de Mexico, où il semblaient avoir élu demeure. A la 56e minute de la rencontre, ils brouillèrent le jugement du gardien de but allemand, le tristement célèbre Harald Schumacher, lorsque l’attaquant argentin Valdano s’avança vers lui après avoir traversé le terrain balle au pied. Ils accompagnèrent le ballon lorsqu’il glissa tout doucement sur le côté droit des buts… « Je t’en prie, entre, entre », suppliait Valdano.

Et par la grâce des anges gardiens argentins, le ballon entra.

Sébastien Lapaque

Array
(
    [titre] => Maradona, la main de Dieu et la part des anges
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 212_212_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 212
            [id_objet] => 212
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 212
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQwo2gDZckyDOwBxvZD6oBROBcCRZ81gaVJt4sgUY4/qDc95fqBFAt0G8Nx/56JOMOKwqbyBmWWg+IftuUmOcuu7uiBH6pLiNG0cwud0dSuvSD9ztF/+ZAZKBr2mZZOBcjwK95UUmCLvmI7K
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article212
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-06-25 19:23:43
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-06-25 19:23:43
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.