Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > ZIGZAG+ > L’armée française n’a pas à rougir de son action au Rwanda

10
apr

L’armée française n’a pas à rougir de son action au Rwanda

par Théophane Le Méné

C’est un triste anniversaire que le Rwanda célébrait le 6 avril dernier. Vingt ans plus tôt, jour pour jour, le pays devenait le théâtre du plus monstrueux génocide de la fin du XXe siècle, emportant avec lui des centaines de milliers de victimes, sur fond de combat ethniques, de pillages, d’exactions, de tortures, de rebellions, d’exodes. Le 6 avril 1994, l’avion du Président hutu Habyarimana est abattu alors qu’il allait se poser sur le tarmac. La riposte est immédiate et les coupables tout désignés : la population tutsi, aristocrate mais minoritaire dans le pays qu’elle a pourtant gouverné des années durant, avant que le processus démocratique s’installe peu à peu et que les lois mathématiques placent les Hutus, majoritaires, aux commandes de l’Etat.

Dès lors, une terrible période de vengeance qui prend comme prétexte l’assassinat du président vient briser la relative stabilité du pays, déjà en proie aux revendications ethniques dirigées par la diaspora tutsi, recluse en Ouganda, et dont le cerveau n’est autre que Paul Kagame, colonel des renseignements de l’armée ougandaise, formé dans les écoles américaines. Les accords d’Arusha signés en août 1993 par le président Habyarimana et son gouvernement, le FPR et l’opposition intérieure auraient pourtant dû permettre de mettre fin à la guerre déclenchée par le FPR en octobre 1990 et permettre la mise en place d’institutions véritablement démocratiques au Rwanda. Mais ces promesses de paix n’auront été que des vœux pieux. Le pays des mille collines se transforme en enfer. Pendant une centaine de jours, les tutsis deviennent la proie des hutus et sont massacrés dans des conditions abominables. Les tutsis ripostent, les hutus modérés sont supprimés, les tutsis qui ont collaboré au régime hutu sont éliminés.

En Occident, les images des horreurs défilent sur les écrans de télévision. Mais seule la France semble résolue à s’interposer, tandis que l’Amérique retient curieusement son souffle. L’armée française connait le terrain. Elle s’est un temps déployée, avant d’être remplacée, en décembre 1993, par la MINUAR, la force des Nations-Unies. Le 22 juin 1994, l’ONU accorde un timide feu vert à la France pour intervenir. A cette époque, plus aucune force française ne se trouve positionnée dans le pays. Dès lors, trois groupements opérationnels de l’opération Turquoise sont débarqués dans l’Ouest du pays, avec pour mission de « mettre fin aux massacres partout où cela sera possible, éventuellement en utilisant la force ». en attendant que la MINUAR, impassible pendant les exactions, se dote d’effectifs suffisants. Fin août 1994, l’armée française se retire, remplacée par la MINUAR II. Son action, courte de soixante jours, aura tout de même permis de mettre un terme aux massacres et de sauver d’une mort atroce des dizaines de milliers de vie, mais aussi de fixer environ deux millions et demi de personnes dans le sud-ouest du Rwanda, leur évitant ainsi le sort tragique des réfugiés rwandais de Goma, à la mi-juillet.

Bien sûr, l’action aura été éphémère. Bien sûr, on peut toujours mieux faire. Bien sûr ces actions n’effacent pas le silence que nous devons à ces hommes et à ces femmes qui ont payé le prix du sang. Mais dans le peu de marge de manœuvre dont elle disposait, l’armée française s’est engagée, avec noblesse et conscience, sans se soucier de la campagne de désinformation gigantesque orchestrée depuis Washington, relayée à Londres et à Bruxelles et que certains media français ont alimenté au détriment de la vérité et pour le compte d’intérêts pécuniaires étrangers.

L’histoire est malheureusement dans le camp des vainqueurs. L’accession au pouvoir de Paul Kagame -dont beaucoup pensent qu’il a été à l’initiative de l’attentat qui a cristallisé le conflit pour mieux installer son régime – sert une version des faits mensongère où la France aurait pris part aux massacres alors même qu’elle n’était pas présente lorsqu’ils se sont déroulés. En instrumentalisant le génocide dont il est coupable, Kagame tente de légitimer son maintien au pouvoir, aujourd’hui lourdement compromis. Il fait aussi payer à la France d’être intervenue. Car les massacres à grande ampleur des Tutsis de l’intérieur, étaient pour lui le seul moyen d’échapper à la démocratie qui ne lui aurait laissé aucune chance, le seul moyen d’installer une dictature. Face à ces accusations réitérées peu avant les commémorations, Paris a timidement réagi. François Hollande, qui avait désigné Christiane Taubira pour représenter la France, a annulé le déplacement de la garde des Sceaux. Il y a quelque chose de pourri au pays des mille collines.

Théophane Le Méné

Array
(
    [titre] => L’armée française n’a pas à rougir de son action au Rwanda
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 169_169_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 169
            [id_objet] => 169
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 169
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQyo3cDYckyD3eDzZZVFXHDkM+SYa4CgZp7VqErVY4/KlqhsgNZd1IUwI9IF4IG9rg6WAHPrmYxyKfd8OQW/ptXT7iz4SJb6FsFfS+d09StThjpQz93rg1PKHzhqrSsCumBLjvJygHT/E3s=
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article169
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-06-25 19:17:26
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-06-25 19:17:26
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.