Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Edito > Adieu, homme !

08
apr

Adieu, homme !

par Théophane Le Méné

Quand la technologie promet d’abolir l’humanité

Le XXIème siècle devait être spirituel, il sera technologique. Chaque jour qui s’offre à l’humanité apporte son lot de nouvelles découvertes qui promettent de transformer la vie, l’homme et d’éloigner toujours plus la mort.

Ici un homme bionique exposé au Science Museum de Londres et réalisé avec des prothèses et des organes de synthèse, là un Kevin Warwick qui s’est implanté lui-même des puces électroniques pour pouvoir communiquer avec des ordinateurs et des machines en utilisant son système nerveux. A Paris, un cœur artificiel promet des transplantations en série, en Israël, de minuscules robots s’apprêtent à naviguer dans le système vasculaire afin d’attaquer les cellules cancéreuses, au Japon des scientifiques japonais travaillent à la conception de nanocerveaux quand d’autres imaginent déjà des ordinateurs capables de produire d’autres ordinateurs encore plus puissants. Même la biologie synthétique vient de passer de la théorie à la réalité. Des scientifiques sont parvenus à produire un chromosome artificiel de la levure. La course à la technologie est désormais lancée au point que l’intelligence artificielle est largement préférée à l’intelligence humaine, au point que l’homme est devenu cobaye de sa propre production, se constituant en étape intermédiaire que la technologie pourrait améliorer.

Ce qui fait rêver les uns fait redouter les autres. Car aucune technologie constructive ne peut se départir d’une technologie destructive. Les armes biologiques ont précédé les antibiotiques, le nucléaire militaire celui du civil, l’expérimentation humaine la chirurgie, etc. Dans la course au progrès qui se joue désormais à l’échelle planétaire, aucune règle du jeu n’a été fixée. Irrémédiablement appelé à se techniciser de l’intérieur, l’homme manipule sa condition et se soumet à la plus attrayante des tentations pour laquelle le plus beau et le plus intelligent des anges fut déchu, celui d’être le plus puissant des puissants. Loin du mythe d’Epiméthée qui, oubliant de doter l’homme de capacités pour résister à la cruauté de la nature, l’obligea à vivre en société, le mythe technologique invite l’humain à se caparaçonner lui-même des meilleurs attributs, au détriment d’une mise en commun de ceux-là. Les pauvres, les faibles, les malades sont par avance exclus de cette nouvelle ère. Comme l’homme a été un loup pour l’homme, l’homme sera un robot pour l’homme, avec tout ce que l’image renvoie hélas : un monstre de fer, mécanique et froid.

A ces prédictions de Cassandre, certains préfèrent évoquer l’espoir de technologies intelligentes utilisées dans l’intérêt de l’homme, de manière bienveillante. Mais Caroline Gaudriault l’a bien rappelé dans son essai, Un petit homme dans un vaste monde [1] : « Tout ce qu’il sera donné à l’homme de faire, il le fera ». L’histoire nous a par trop de fois montré combien l’homme ivre de liberté en oublie sa conscience. Il faut visiter les cliniques américaines ou indiennes de fabrication d’enfants, les critères de sélection opérés ; il faut observer à quel point les rues se sont vidées des idiots maintenant que les nouvelles technologies les décèlent dès la naissance, comme l’a brillamment rappelé Bruno Deniel-Laurent, dans son dernier ouvrage Eloge des phénomènes [2] ; il faut voir la façon dont le transhumanisme procède de manière totalement ouverte et sans que personne ne s’en choque, d’une conception fonctionnelle de l’homme.

Prétendre à la toute puissance au risque de l’annihilation a toujours été la grande tentation de ceux à qui on en offrait la possibilité. De La petite sirène d’Andersen, au récit de la tour de Babel, du Faust de Goethe au mythe d’Icare, les exemples de paradoxe de l’omnipotence abondent. Peut-on dans la toute-puissance réduire sa propre puissance ? Depuis des lustres, le sujet intéressait aussi la théologie car si rien n’est impossible à Dieu, que ne pourrait-il choisir de s’asservir lui-même par une entité plus forte que lui ? Aujourd’hui plus que jamais, cette question métaphysique se pose pour l’homme. L’avènement des technologies, l’abolition des interdits millénaires au nom du progrès et de l’émancipation, l’amnésie organisée de l’histoire pour en écrire une nouvelle, ont placé l’homme dans une situation où il concentre tous les pouvoirs, dont celui de s’annihiler. Et, encore une fois, tout ce qui est donné à l’homme de faire, il le fera.

Théophane Le Méné


[1Un petit homme dans un vaste monde, Caroline Gaudriault, Editions Paradox

[2Eloge des phénomènes, Bruno Deniel-Laurent, Editions Max Milo

Array
(
    [titre] => Adieu, homme!
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 167_167_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 167
            [id_objet] => 167
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 167
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQyo3QfZckyD3eBzgJ+LfnDEMeSYa19sogdET1ASb4zCWNJ6fqDFAtNDIsArzhaKqyWMnXHL20hFCoQvOnEljX+he27BfY1XHseYu2b2NGPp43gjlUFp2iu6ici80Y1ZoG857uSTWVull47K
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article167&lang=fr
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-04-24 11:11:50
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-04-24 11:11:50
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.