Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Débat > La Femme et le pouvoir

24
jan

La Femme et le pouvoir

par Jacques de Guillebon

« (...) la femme contemporaine n’a pas entièrement tranché entre sa soif de pouvoir et son rêve de petite fille qui la fait princesse adulée »

Pendant que la Centrafrique, le pays le plus pauvre du monde, vient d’élire une femme à sa tête, en France la gent féminine semble toujours destinée à se disputer dans l’ombre les miettes du pouvoir. Le crêpage de chignon des deux maîtresses – connues – du Président François Hollande, outre qu’il remet au goût du jour l’utilité du mariage, parce qu’une épouse, même trompée, le demeure officiellement et permet accessoirement au chef de l’État d’être reçu accompagné dans de nombreux pays, comme le Vatican, pose à nouveaux frais l’éternelle question de la femme et du pouvoir.

Formellement, rien ne s’oppose plus aujourd’hui dans les démocraties occidentales, et même dans une bonne partie du reste du monde, à ce que les femmes accèdent aux plus hautes charges. Et d’ailleurs, les impétrantes sont nombreuses, même en France : Marine Le Pen, Christine Boutin, Martine Aubry, Ségolène Royal ou Arlette Laguillier ont toutes brigué avec des fortunes diverses les suffrages de leurs compatriotes. Alors, manque de bol ? En partie, oui. Les figures, inquiétantes parfois, d’Angela Merkel ou de Margaret Thatcher, sont là pour nous rappeler que rien ne demeure impossible à une femme en Europe, pourvu qu’elle le veuille et que les conditions lui soient favorables.

Cependant, les faits sont têtus et rien ne prouve qu’une bonne partie des femmes contemporaines ne restent attachées à leurs anciennes prérogatives, à leur manière propre de régner, c’est-à-dire dans l’ombre de la couche du dirigeant mâle. De Blanche de Castille à Madame de Maintenon en passant par Catherine de Médicis, l’histoire virile des Rois de France est sans cesse teintée de pouvoir féminin qui, s’il ne s’exerce pas avec une entière légitimité, la gouverne parfois plus sûrement que les démonstrations extérieures de muscles de leurs époux ou fils.

On ne peut nier que dans la représentation collective, la place de maîtresse du souverain demeure plus valorisante que celle d’amant de la cheftaine. Closer consacrera toujours plus de pages à Valérie Trierweiler ou à Julie Gayet qu’à monsieur Laguiller, si tant est qu’il existe, ou qu’à Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen. On veut connaître les amours du président, les affaires de cœur de la présidente sont moins délectables. L’origine en est-il dans l’excès de secret d’une femme régnante ou dans la vergogne qu’a un homme à s’afficher comme son simple compagnon ? Bien malin qui le dira. Reste que tout le monde se fiche de la vie du Prince consort pendant que Lady Di ou Kate Middleton déchaînent les passions.

Peut-être se trouve-t-il aussi que la femme contemporaine n’a pas entièrement tranché – et d’ailleurs personne ne l’y force – entre sa soif de pouvoir et son rêve de petite fille qui la fait princesse adulée. Peut-être est-il pour certaines plus jouissif de demeurer l’objet que l’on montre, que l’on exhibe, que l’on admire, que l’on désire, que de devenir ce chef qu’à tout instant la critique peut atteindre. Lacan disait que la femme veut un maître sur qui régner. Est-ce, aujourd’hui encore, totalement faux ?

Jacques de Guillebon

Array
(
    [titre] => La Femme et le pouvoir
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 152_152_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 152
            [id_objet] => 152
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 152
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQwo2gDZckyDOwBxrg6FoBStHcCRZ91ga1Jt4sgUY4/qDc97LJycd80GzsEr7haKMSLJwS6QGPxqKfMWepqBgU2jcPGvB8zpkZIsUetvXNr00YT6fgb+Uas/0mffIlJJ0sHxy9wVLP2Y9YfJ
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article152
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-10-19 20:15:29
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-10-19 20:15:29
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.