Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > ZIGZAG+ > Le syndrome d’Angkor

30
oct

Le syndrome d’Angkor

par Nicolas Torjman

De même quʼil existe un syndrome de Stendhal et un syndrome de Jérusalem, y aurait-il un syndrome dʼAngkor ? Lorsquʼon visite la cité khmère, ne sommes- nous pas en proie aux mêmes symptômes, étourdis par tant de sublime ?

Dʼaucuns objecteront quʼon peut ressentir la même chose à Gizeh, Agra, Petra... Si tant est quʼil règne à Angkor une atmosphère unique :
• Les temples millénaires louent leur emplacement à une jungle hostile qui a repris ses droits : les racines géantes des fromagers et amandiers transpercent certains vestiges.
• Souvent noyé dans une foule en état panurgique, on peut également se retrouver seul au monde, au détour dʼun temple plus modeste. Facile, le site en compte 90 !
• Angkor est un lieu de culte toujours très fréquenté par les locaux, qui prient au milieu des touristes.

Le syndrome dʼAngkor, le naturaliste Henri Mouhot lʼa sans doute éprouvé lorsquʼil a découvert le site, en 1860, se demandant si ce nʼétait pas lʼœuvre dʼun « Michel-Ange dʼOrient ». Son successeur, Louis Delaporte, fut tout aussi abasourdi : « La réalité surpasse le plus beau rêve ». Après quatre siècles dʼoubli, ils veulent montrer Angkor au public, grâce à de nombreux dessins ainsi que des moulages à lʼéchelle. Delaporte voulait faire entrer lʼart khmer au Louvre, ce fut un échec : au cours du XXe siècle, les moulages ont failli disparaître. Ils sont aujourdʼhui exposés au Musée Guimet. Jusquʼen janvier, on peut donc souffrir délicieusement du syndrome dʼAngkor, à 13 000 kilomètres de distance.

« Angkor, naissance dʼun mythe ». Musée Guimet, Paris 16e. Jusquʼau 13 janvier 2014.

Lʼun des nombreux bas-reliefs du temple dʼAngkor Vat, le plus grand du site, dont les moulages sont présentés à Guimet. Lʼun des nombreux bas-reliefs du temple dʼAngkor Vat, le plus grand du site, dont les moulages sont présentés à Guimet.   © Nicolas Torjman

La nature reprend ses droits dans le temple Ta Phrom. La nature reprend ses droits dans le temple Ta Phrom.   © Nicolas Torjman

Tour du temple Bayon, moulée et présentée à Guimet. Tour du temple Bayon, moulée et présentée à Guimet.   © Nicolas Torjman

Array
(
    [titre] => Le syndrome d'Angkor
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 111_111_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 111
            [id_objet] => 111
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 111
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQ3Y2QDZckyD3ehzfYVXW3CA3YBzXTu5lgckZcqsboyijDU2xikTPa7bBo8j0RvSKHcz81ATBz0nH7/vbuBLjvpjbrn4pTBBdLByFfIXfNmg4/sAJSRHJud380MsonjJRiyd5wrpW3Dg9yb2
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article111
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-08-20 17:32:16
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-08-20 17:32:16
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.